• Hot Club de Lyon

  • Les Happy Stompers

  • King Cool Cats

  • Les Flagada Stompers

  • Serge Rahoerson

Recevoir gratuitement La GAZETTE

Jacky (Agop) Boyadjian

Très jeune, il est attiré par la musique par le chant ; son premier instrument l’harmonica . fasciné par les chanteurs comme Gilbert Bécaud, Dalida, plus tard Johnny Hallyday, Dick Rivers, Eddy Mitchell. En 1960 Les Shadows lui font faire franchir le pas il achète une guitare et commence à trover assez rapidement les trois accords du Blues, du rock, du boogie. Derrière sa maison à Lyon. Il écoute jouer deux ou trois guitaristes Manouche dans la rue assis par terre il est scotché emballé par le swing il a 15 ans . Il découvre de jour en jour de nouvelles Idoles, Djanjo Reinhardt, Il travaille et joue en autodidacte avec un jeune groupe du quartier.

Il est aussi Gymnaste au Lyon Gym jusqu’à l’âge de 20 ans.

Actuellement Jacky a trouvé la recette du bonheur musical et la concocte en jazz avec ses complices. Dès l’âge de 16 ans il rejoint comme chanteur un groupe célèbre à LYON les LIONCEAUX avec lequel il parcourt la France notamment il se produit avec Richard Foucher son ami batteur depuis les années 60 au golf Drouot à Paris avec les frères CIOLFI à la guitare.

Banjoïste, Guitariste, Soubassophoniste, contrebassiste, arrangeur, organisateur de spectacles, il partage avec son public le même plaisir et interprète avec humour et talent les succès de Fats Waller avec des paroles françaises de Marcel Zanini, Henri Salvador, et Boris Vian.

Un orchestre qui transmet la joie du jazz et de la danse. Leur répertoire est éclectique. On s’amuse follement avec les NEWS ORLEANS JAZZ QUINTET.

La NEW ORLEANS JAZZ ASSOCIATION

La NOJA Crée par Jacky BOYADJIAN président  et musicien de jazz, chef d’orchestre, créateur d’événements,Diana DUNBAR trésorière

Pierre SCHARFF secrétaire, en février  1995.

Elle a pour but :

-De promouvoir la musique de jazz des années 20 et 30.

-De diffuser cette musique par tous les moyens, par des démonstrations, des concerts, des soirées dansantes, dans les écoles, sur des bateaux, en France à l’étranger.

-De protéger et de venir en aide aux musiciens qui font partie de l’association par les déclarations de charges par le Gusos, fournir des orchestres aux particuliers;

-Faire découvrir et de diffuser La musique de la nouvelle Orléans aux jeunes publics .

Cette musique est né à la nouvelle Orléans vers la fin des années 1890 dans le quartier français de la nouvelle Orléans. « Le French quarter »

Les racines de cette musique viennent du ragtime musique joué le plus souvent dans les maisons Closes, Bars, Restaurants, Dancings, Fanfares de rues, très présente dans les funérailles dans les jazz-bands; ses racines viennent du blues du gospel ( language des esclaves dans les champs de coton.

Au fil du temps et grâce au mélange ethnique des Blancs des noires, des Créoles et des Hispaniques.

Au fil du temps les orchestres se sont formé avec des styles différents comme King Oliver, Jelly Roll Morton, Louis Armstrong, Fats Waller un des pionniers du piano Stride.

En 1929 à New York c’est la crise la bourse s’effondre c’est l’apothéose des grands dancings se crée le COTTON CLUB, le SAVOY les grands théâtres sont pris d’assaut les Grands orchestres voient le jour, avec Fletcher Henderson, Lionel Hampton, Duke Ellington, Cab Calloway.

Le jazz fut introduit en France officiellement à la fin de la Guerre 1945 grâce « In the Mood « de Glenn Miller et son grand orchestre.

 

Blue Flower